Déroulé d'une consultation

Une observation de chaque instant

La consultation commence dès l’entrée du patient dans le cabinet. En observant comment il s’installe sur le fauteuil dans la salle d’attente, puis à sa façon de saluer, à sa poignée de main, à son sourire, à sa manière de s’exprimer, mais aussi à sa volonté -ou au contraire à sa réticence- à entrer dans la salle de consultation, j’en apprends déjà beaucoup.
Évidemment, cela ne suffit pas.

Les trois étapes indispensables :

Dans un premier temps, je m’informe du motif de la consultation. Après un interrogatoire, et si nécessaire, un examen approfondi des bilans radiologiques et biologiques du patient, je vais déterminer précisément le déroulé du traitement.

Grâce à des tests spécifiques, je vais tester le corps du patient à la recherche des zones qui présentent des restrictions de mobilité susceptibles d’altérer son état de santé. Lors de cet examen clinique il est nécessaire de se dévêtir. Ces tests de mobilité sur l’ensemble du squelette, mais aussi sur le plan viscéral et crânien vont me permettre de faire un bilan et de relier les restrictions de mobilité que j’ai pu corréler au motif de consultation.

Si la pathologie du patient ne relève pas de l’ostéopathie, je l’orienterai alors vers le spécialiste le plus à même de le prendre en charge (médecin traitant, spécialiste, services d’urgences…).

Si l’examen valide l’indication d’un soin ostéopathique, le traitement recourt à des techniques indolores et douces touchant aux systèmes musculo–squelettique, viscéral et cranio–sacrée. Le patient ressent alors un sentiment de confort et de relâchement immédiat sur le plan fonctionnel : il ressort de la consultation avec un sentiment de bien-être intérieur.

Je passerai alors à l’étape du réajustement articulaires et tissulaire afin de normaliser l’ensemble du squelette et de retrouver un équilibre postural et un bien être général.

Dans une approche holistique, j’apporterai au patient les conseils nécessaires (les bons gestes, les bons réflexes alimentaires, et l’activité physique appropriée) pour optimiser et prolonger le traitement afin d’assurer une stabilité au patient.

girl sitting on the bed in the bedroom

À qui s’adresse l’ostéopathie ?

Il n’y a pas de contre indication, mais que des bonnes indications

Nous avons tous besoin d’un mécanicien du corps : pour mieux comprendre son propre fonctionnement et mieux se préparer à l’effort sportif afin d’éviter des lésions musculaires et articulaires. Bien entendu, l’intervention est différente selon qu’elle s’effectue sur un nourrisson, sur un sportif de haut niveau ou sur une femme enceinte de quatre mois.

Un soin adapté à chaque profil :
L’ostéopathe se doit d’analyser au mieux chaque patient : le motif de sa consultation, son terrain (son âge, ses antécédents médicaux et chirurgicaux), ses traumatismes mais aussi éventuellement l’historique de sa vie émotionnelle car il n’est pas non plus question de traiter de la même façon une personne souffrant de dépression et quelqu’un qui se montre en pleine forme psycho émotionnelle.

Dans quel cas consulter ?

  • Mal de dos : lumbagos – dorsalgies – torticolis, cervicalgie, douleur articulaire (épaule, coude, genou), tendinite, entorse, tennis elbow, névralgies, sciatique, cruralgie, névralgie cervico-brachiale
  • stress, anxiété, troubles du sommeil
  • Burn out
  • mal de tête : sinusites – rhinites, vertiges
  • affection du système nerveux endocrinien, troubles hormonaux
  • problèmes respiratoires, circulatoires, digestifs, troubles du transit
  • accompagnement de la femme enceinte
  • consultation du nourrisson (reflux gastro-oesophagiens, colite du nourrisson, crâne plat, torticolis, canaux lacrymaux fermés…)
  • certaines affections psychomotrices de l’enfant
  • toutes les victimes d’un choc « physique ou émotionnel » (accidentés de la route),
  • prise en charge de l’autonomie des personnes âgées (seniors)
  • prise en charge des sportifs : amateurs et athlètes de haut niveau